img img img img

Oui, mais moi, je peux pas changer de job comme ça… j’ai des responsabilités…

Oui, mais moi, je peux pas changer de job comme ça… j’ai des responsabilités…

Et oui, nombre d’entre vous se sentent pris au piège. Vous avez un job pour lequel vous avez parfois fait de longues études ou pour lequel vous avez fait beaucoup de sacrifices pour atteindre un certain niveau hiérarchique.

En somme, vous avez une situation professionnelle qui vous a pendant longtemps apporté satisfaction et au travers de laquelle vous vous êtes construits. Peut être qu’elle ne vous épanouit pas ou même qu’elle est une source de stress ou d’ennui mais vous vous sentez bloqué.

C’est tout a fait normal ! Si je fais un petit zoom neurosciences, il faut savoir que notre cerveau n’a qu’une seule idée en tête : satisfaire nos besoins en 4 hormones : dopamine + ocytocine + sérotonine + endorphine (DOSE). Le combo qui vous permet de vous sentir bien et il n’en a jamais assez. Il cherche également à limiter les sources de noradrénaline (qui génère le stress).

Ainsi, toute notre vie, nous cherchons a optimiser nos sources de satisfaction de ces 4 hormones. Il s’avère donc que vous avez mis  en place des stratégies pour avoir votre DOSE au quotidien. Par exemple, vous sentez peut être que l’ambiance agréable de votre entreprise qui est collaborative est un élément important. Vous avez peut être également un revenu confortable qui vous procure dopamine et sérotonine.

Seulement, probablement que les shoots de ces hormones se font moins intenses aujourd’hui, et c’est ce qui vous amène à vous interroger. Cependant, votre cerveau va avoir de la difficulté à switcher, car il veut s’assurer avant cela, que vous pourrez trouver dans ce futur projet des sources de satisfaction de la DOSE. En réalité l’humain n’a pas peur du changement. Il a peur de ne pas trouver dans le changement les sources de satisfaction précédemment citées.

Donc, inutile de vous juger, de dire que vous n’avez pas d’audace, que vous n’êtes pas courageux. C’est une perte de temps et contre productif. Ce qu’il faut, c’est identifier un projet et identifier ce qu’il peut potentiellement vous apporter. Et très souvent, il est nécessaire d’y aller step by step. On a tous en tête des exemples de personnes qui ont tout plaqué du jour au lendemain. Mais le contexte de ces personnes est probablement très différent du votre.

Ainsi, par exemple, une cliente dentiste qui a un projet « créatif » se forme le week-end (et elle prend beaucoup de plaisir). Elle compte diminuer son temps de travail et allouer 2 jours à son projet. Et petit à petit espère que celui-ci prendra la totalité de son temps. Mais rien n’est moins sur. Peut-être qu’elle réalisera que son activité de dentiste est plaisante 2 jours par semaine.

Une cliente qui travaillait dans le marketing a repris une formation de thérapeute longue tout en continuant son  métier. Elle est aujourd’hui officiellement thérapeute et dispose d’un cabinet 3 jours par semaine et elle ne compte pas stopper son job dans le marketing qui lui apporte autre chose.

Bref, vous l’aurez compris, il s’agit de ne pas plaquer un modèle mais de construire votre propre projet et le chemin pour y accéder.

Laisser un commentaire